Rechercher
  • laurentserbanne

Economie circulaire : évaluer l'ACV des espaces tertiaires

La principale façon d'évaluer l'empreinte carbone des bâtiments est l'analyse du cycle de vie (ACV), et c'est là que réside le hic: les cycles de vie de l'architecture et des aménagements intérieurs sont complètement différents. Prenez un immeuble commercial: de manière cyclique, les baux prennent fin, les espaces deviennent vacants et de nouveaux locataires emménagent et aménagent l'espace pour mieux répondre à leurs besoins.


Les estimations de la fréquence à laquelle cela se produit peut varier de 7 à 20 ans par espace, en fonction d'une multitude de facteurs. Les entreprises de technologie sont connues pour avoir rapidement agrandi leurs bureaux, Ces cycles sont les moteurs de la croissance de la décoration intérieure.



"Circular Impact a commencé à se demander quel serait l'impact des rénovations cycliques" déclare Paul LEVY son CEO fondateur, nous avons commencé à enquêter sur cette question en analysant les publications dans ce domaine qui sont malheureusement rares.


"Dans les grandes agglomerations, les espace de bureaux ont une rénovation assez importante tous les sept ans." soit un total de 6 rénovations en quatre décennies. Si nous cumulons les données environnementales pour tous les matériaux de ces rénovations successives l'analyse se révèle vite choquante:


«Si nous ajoutons tout cela ensemble, l'empreinte carbone cumulatif des rénovations

intérieures dépasseraient en fait les émissions de la structure et de l'enveloppe», selon

un article recent du journal METROPOLIS "Why Interior Designers Must Fight Climate

Change"



Tous les signes suggèrent que, au cours de la vie d’un bâtiment, les rénovations intérieures pourraient avoir la plus grande empreinte carbone intrinsèque.


En octobre 2019 , WeWork a commandité au Carbon Leadership Forum une étude sur L'évaluation du cycle de vie d'un projet d'amélioration des surfaces de bureaux: "Life Cycle Assessment of a Commercial Tenant Improvement Project"

les conclusions sont les suivantes:

Sur la base d'une analyse des résultats détaillés de l'ACV, les dix principaux éléments à fort impact du PRG ( Pouvoir de Réchauffement Global -GWP )sont: 1) Cloisons- aluminium et verre 2) sous-couche en caoutchouc 3) Unités de traitement d'air 4) luminaires LED 5) Portes coulissantes en verre 6) Cloisons (plaques de plâtre, isolants et montants métalliques) 7) Chaises 8) moquette

L'équipe de recherche recommande de réduire ces éléments à fort impact en les évitant ou en réduisant les quantités utilisées et / ou de trouver des options à faible emissions pour ces produits.


A long terme, les architectes d'intérieur devront adopter des changements structurels. Étant donné que le plus grand impact carbone de leur profession passe par le processus de rénovation, la réutilisation et la récupération des meubles et des éléments intérieurs devront devenir courantes. De même, les stratégies de fin de vie et la conception pour le démontage doivent être adoptées comme éthique de base de la profession, afin que chaque concepteur puisse de manière responsable passer le relais au suivant. Rien de tout cela ne devrait freiner l'élan vital que le design d'intérieur a construit en centrant le bien-être humain, la santé et l'inclusivité.

3 vues0 commentaire